Justes parmi les Nations

Participation au colloque des "Justes parmi les Nations".

Justes parmi les Nations
Justes parmi les Nations
Justes parmi les Nations

Une soirée pleine d'émotion et chargée d'histoire avec des témoignages poignants.

Des interventions enrichissantes pour nos élèves de 3ème qui ont participés, comme les autres établissements des autres confessions.

Une remise de diplôme, des Justes parmi les nations, attribuée hier soir au Docteur égyptien musulman Mohamed Helmy.

La définition des Justes est un titre donné de "Juste des Nations" aux non-Juifs qui pendant la Seconde Guerre mondiale ont aidé des Juifs en péril, au risque de leur propre vie, parmi eux, des musulmans qui en faisaient partis.

On remercie vivement la ville de Nice et Monsieur Sauveur Assous pour cette belle invitation qui restera gravée dans nos mémoires.

Le Mémorial Yad Vashem a honoré une soixantaine de musulmans, originaires pour la plupart d'Albanie ou de Bosnie en leur décernant le titre de Justes Parmiles Nations.

Mais nous allons surtout évoquer le médecin égyptien Mohamed Helmy, mort en 1982 après avoir passé l'essentiel de sa vie en Allemagne, a été distingué pour l'aide apportée durant la seconde guerre mondiale à une famille juive.

Mohamed Helmy est le seul musulman parmi les quelque 25.000 Justes. Une première requête avait certes été formée au milieu des années 2000 en faveur du fermier tunisien Khaled Abd el-Wahab, qui avait caché en 1943 une famille juive de vingt-quatre personnes. Après plusieurs mois d'instruction, son dossier avait toutefois été rejeté au motif que son geste ne l'avait, selon la commission compétente, pas exposé à un risque immédiat pour sa vie.

Cette distinction posthume accordée à Mohamed Helmy a été salué en son temps par les médias égyptiens et arabes. Cette reconnaissance constitue une puissante réponse à l'ignorance et à la négation de l'holocauste.

Né à Khartoum en 1901, Mohamed Helmy est arrivé en Allemagne en 1922 pour y suivre des études de médecine puis y démarrer une carrière prometteuse - jusqu'à l'arrivée des nazis au pouvoir. En 1937, ses origines arabes lui valent d'être chassé de l'Institut Robert Koch et rayé du système hospitalier. En 1939, il est arrêté en compagnie de plusieurs compatriotes, avant d'être libéré pour raison de santé.

Malgré ces démêlés, Mohamed Helmy cachera durant plus de deux ans la jeune Anna Boros, l'une de ses patientes juives, dans une cabane qu'il possède à Berlin.

Le témoignage d'Anna Boros

"La gestapo savait que le docteur Helmy était notre médecin de famille et qu'il possédait une cabane, a-t-elle témoigné par la suite. Mais il est toujours parvenu à échapper à leurs interrogations."

"Lorsque la pression devenait trop forte, il m'emmenait chez des amis qui me gardaient avec eux durant quelques jours. Le docteur Helmy a fait tout cela pour moi par pure générosité et je lui en serai reconnaissante pour l'éternité"

Elle a précisé que le médecin égyptien avait également secouru sa mère, son beau-père et sa grand-mère.

Anna Boros, devenue Anna Gutman, a par la suite émigré aux États-Unis, d'où elle a adressé dans les années 1960 plusieurs lettres au sénat allemand pour témoigner du courage du docteur Helmy. Ces courriers, découverts dans les archives officielles, ont récemment été transmis au Mémorial Yad Vashem.